L’histoire d’un tournesol, deuxième partie

Voici la suite de L’histoire d’un tournesol, un travail d’observation réalisé à l’Institut de technologie Agroalimentaire de Saint-Hyacinthe.

Les cotylédons apparaissent avant les vraies feuilles. Ils sont charnus et lisses comme les feuilles d’une plante succulente. les vraies feuilles sont opposées, décussées et pubescentes. Elles ont une forme lancéolée avec des nervures symétriques. À maturité, le plant observé comptera 7 paires de vraies feuilles.

Le plant a un port dressé. La tige unique et ronde est très solide bien qu’elle demeure herbacée. À partir des cotylédons, elle devient pubescente. Des poils blancs, nombreux, lui donnent un aspect rugueux. Cette tige est creuse. À maturité les entrenœuds réguliers ont une longueur d’environ 2 cm.

Le bouton floral apparaît vers le 39ème jour. Chaque plant porte une inflorescence unique. La tige aux entrenœuds très courts s’est transformée en un réceptacle plat et large pouvant porter des centaines de fleurs entourées de bractées.

Deux types de fleurs occupent la surface du réceptacle : les fleurs tubulées fertiles occupent le centre, les fleurs ligulées stériles, la périphérie.

Les fleurs sont hermaphrodites. Pour s’assurer une pollinisation indirecte, les organes mâles et femelles s’épanouissent à des moments différents. Les fleurs sont d’abord recouvertes d’une bractée plus petite, d’un vert bleuté. Cinq pétales soudés forment un tube d’où émergent deux stigmates finement pennés. Le gynécée, en dessous, ne forme qu’une seule loge.

Les couleurs de la fleur, la présence de nectaires et le pollen collant facilitent la pollinisation par les insectes. Les fleurs stériles ont pour fonctionner de diriger le vol des pollinisateurs. Lorsque les fleurs sont fécondées débute la nouaison. Les fleurs fanent et l’ovaire enfle en devenant grisâtre. Les parois de la carpelles se lignifient pour devenir les écales de l’akène. Invisible à l’intérieur l’embryon absorbe des réserves de l’endosperme pour former la graine.

 

Extraits d’un travail d’observation pour le cours Anatomie et morphologie végétale, ITA campus Saint-Hyacinthe, crayons de couleur et plume technique, 2001

Références

  • Peter Chadwick, Toutes les plantes, the world of plants, Éditions Gallimard, 1992
  • H. Camefort, Morphologie des végétaux vasculaires, cytologie, anatomie, adaptations, Doin Éditeurs, 1977

Une réflexion sur “L’histoire d’un tournesol, deuxième partie

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s