Du dessin

Dimanche de poudrerie, pause au cœur de l’hiver, un temps pour la lecture.

« Je ne sais pas d’art qui puisse engager plus d’intelligence que le dessin. Qu’il s’agisse d’extraire du complexe de la vue la trouvaille du trait, de résumer une structure, de ne pas céder à la main, de lire et de prononcer en soi une forme avant de l’écrire ; ou bien que l’invention domine le moment, que l’idée se fasse obéir, se précise, et s’enrichisse de ce qu’elle devient sur le papier, sous le regard, tous les dons de l’esprit trouvent leur emploi dans ce travail, où paraissent non moins fortement tous les caractères de la personne quand elle en a.»

— Paul Valéry, Degas danse dessin, Gallimard, 1960

L’ours et la panthère

Ma 3e session en animation vient de se terminer. J’en suis à la moitié du parcours ! J’ai dans mes cartons des tonnes de dessins que je voudrais partager ici, mais ils ont besoin d’un peu d’amour auparavant (numérisation, nettoyage et couleur). Voici le travail synthèse du cours d’animation. Onze secondes bourrées d’erreurs et de défauts ; c’est comme ça qu’on apprend. Les thèmes (curieux) étaient imposés. Seul le plan du félin a été mis au propre.

Joyeuses Fêtes, Je nous souhaite de la neige, du silence et du temps pour soi.

La marche de l’ours

Ma version de l’exercice de l’ours qui marche. Un cycle de 28 dessins. J’aurais voulu que l’on sente bien son poids, le résultat est plus élastique que prévu. J’ai peut-être ajouté trop d’amortis.

Et revoici le cycle avec la finale où il se fâche. J’avais atteint le maximum permis de 64 dessins, la fin est un peu abrupte.

Aplats de jour ; aplats de nuit

Sur un dessin du maître Franquin, tiré de La mauvaise tête (1954), deux ambiances colorées. La couleur a été réalisée avec Photoshop. La couleur originale, beaucoup plus simple, avait été peinte à la gouache ou à l’aquarelle, à la mode de l’époque.

La mauvaise tête, ambiance ensoleillée

La mauvaise tête, ambiance nocturne
J’ai utilisé un dessin tirée du livre La Mauvaise tête : édition commentée, par André Franquin et Hugues Dayez, Italie, Niffle, coll. « 50/60 », 2014, 110 p.